«

»

Mai 08

45 ans d’existence de la chorale Hanyé de la Paroisse Saint Charles Lwanga de Bohicon: Un Merci à Dieu s’impose

 Il y a 45 ans (1972-2017), la chorale Hanyé de la Paroisse Saint Lwanga de Bohicon a vu le jour. Les membres de ladite chorale ont célébré ce grand évènement le Samedi 29 Avril 2017 en présence de son Excellence Mgr Eugène Cyrille Houndékon, Evêque d’Abomey.

A l’entrée de la célébration, le Rd Père Nathanaël Houssou, Curé de la Paroisse adressa ses mots de bienvenue aux anciens Curés et Vicaires venus concélébrer, aux fidèles et à tous les invités venus de près ou de loin en vue d’honorer de leur présence cette solennelle action de grâce. A titre spécial, il a remercié l’Evêque d’avoir accepté généreusement de présider l’Eucharistie de ce jour. Dieu lui en saura infiniment gré.

Ayant pris la Parole ensuite après la lecture des textes du jour, l’Ordinaire du lieu exprima avant tout ses gratitudes à l’endroit de toute la communauté en particulier les membres de la chorale Hanyé qui sont à l’honneur. Il les a beaucoup félicités et encouragés pour les efforts consentis dans le cadre de l’organisation de cette grande fête d’action de grâce. Après avoir montré généralement l’importance d’une chorale dans la célébration eucharistique, le Prélat s’est tourné particulièrement vers la chorale Hanyé en commençant par le sens du terme Hanyé. Le mot Hanyé en effet, doit son origine à la langue Fon. Il est composé de deux autres mots:  hεn ( tenir) et  ayÏ (cœur). Dans un sens plus large, on parlerait de chant qui touche le cœur.  Un chant accompagné souvent de musique jadis réservée aux familles princières dahoméennes. Grâce au progrès de l’inculturation, Hanyé est devenu une musique liturgique dans l’Eglise Catholique chez les Fons depuis les années 1940. Il comprend un gon et plusieurs gourdes (go) recouvertes d’un réseau de cauris ou de perles. Autrefois, on mettait des vertèbres de serpent. S’y ajoute l’accompagnement d’un petit et grand tambour et du Tɔba, sorte de lyre faites auparavant de fibres de bambou, aujourd’hui de larmes métalliques sur une caisse rectangulaire. En cela, poursuit l’Evêque, Hanyé constitue un corps dont les instruments représentent les membres jouant, chacun un rôle déterminant. Par voie de conséquence, on ne se lève point du jour au lendemain pour jouer le Hanyé. Il faudrait d’abord aller à son école en vue de recevoir une formation soignée et permanente.

A ce sujet, l’Evêque d’Abomey a réitéré ses félicitations à chacun des choristes Hanyé de Saint Charles pour leurs ardeurs au travail. Il finit son Homélie en les invitant à persister dans ce même élan de dynamisme et d’entretien sans cesse renouvelé en dépit de toutes les difficultés liées soit aux retards et absences des uns et des autres aux répétions soit à d’autres disfonctionnements structurels.

Quand l’heure de la procession des offrandes fut venue, le Père Nathanaël  Houssou monta au pupitre et fit cette annonce: « Excellence Monseigneur, la chorale me demande de vous dire qu’elle a apprêté 45 paniers symbolisant ses 45 ans d’existence sur la Paroisse. Veuillez les recevoir et les bénir. » Cela dit, les paniers passèrent tous suivis de la bénédiction du Prélat.

Par ailleurs, avant la bénédiction solennelle qui va conclure la présente Eucharistie, l’occasion fut accordée à la Marraine et la Dirigeante de la chorale pour représenter tous les choristes devant  l’auguste assemblée réunie ce matin.  Ainsi, Madame Lucrèce Fandohan épouse Sanou  soutenue par Madame Félicité Aglassa épouse Ayatin, salua Mgr Eugène Cyrille Houndékon, le Père Nathanaël Houssou et son Vicaire, les Pères concélébrants, les membres de la chorale Hanyé et tous ceux et celles qui ont effectués le déplacement. Après ses mots, des présents furent offert à l’Evêque au nom de la chorale et l’histoire de la chorale lui fut brièvement racontée. De fait, la Paroisse Saint Charles Lwanga de Bohicon fut érigée en 1970 mais les célébrations se faisaient sans chorale. Monsieur Jérôme Houégbèlo, Catéchiste d’alors comblait les vides (choriste, lecteur, servant de Messe etc.) Un jour, le premier responsable diocésain de la chorale Hanyé de ce temps, Monsieur Thomas Akanzan vint faire ce constat douloureux et décida de l’aider. Dès lors, il sollicita les choristes Hanyé de Saint François d’Assise qui allèrent animer les célébrations à Saint Charles. Quelques Mois plus tard, les Messieurs Alexis Adonèkpo et Alexandre Béhanzin, tous fidèles engagés trouvèrent une seconde voie de sortie: Œuvrer pour la naissance d’une chorale Hanyé personnelle. Le Père Dupuis, alors Curé de la Paroisse applaudit le projet et sans plus tarder des instruments furent achetés. D’autres personnes de bonne volonté se joignirent à eux. Ils commencèrent à participer aux sessions de chant. Ainsi est née la chorale Hanyé de Saint Charles.

A la suite de cette présentation,  la bénédiction finale fut donnée. L’office du vin prolongeât la fête jusqu’à 16H où tous accueilleront le groupe folklorique de l’artiste traditionnel Gbεzé qui assurera le reste de la journée. La joie était à son comble.

                                                                                                       AWONON NOEL, SEMINARISTE

Vidéos