CENTENAIRE DE LA PAROISSE SAINTE ODILE DE BANAME (Dimanche 14 Décembre 2014)

Le vendredi 12 décembre 2014, une célébration eucharistique a été offerte aux intentions des missionnaires et des fils et filles de Banamè.

La journée du samedi 13 décembre, veille de la célébration du centenaire, a été marquée par la méditation du chemin de croix en vue d’une réconciliation entre Dieu et l’homme. La messe en vue de la réconciliation est présidée par le Père Zacharie HOUNGBEME, curé doyen de Covè.

Au cours de son homélie, le Père Nazaire a invité les fidèles de Banamè à rester sereins face à ce mauvais coup de vent qui souffle sur Banamè. Car l’essentiel pour eux est de garder haut le flambeau de la foi par l’exemplarité d’une vie de foi et de porter en prière tous ceux qui ont déserté l’Église

A 19h, une retraite aux flambeaux en procession avec la statue de Sainte Odile a traversé le village. Partie de N’Dokpo, la foule des chrétiens est passée par Sowé, Zounmè, Assiangbomè, Zingon pour se retrouver sur la paroisse Sainte Odile aux environs de 22h. Puis les chrétiens se sont réjouis sur la paroisse jusqu’à 00h30.

Arnaud Valentin VITOULEY

Le dimanche 14 décembre 2014, Mgr HOUNDEKON a célébré la messe des 100 ans de l’évangélisation de la paroisse Sainte Odile de Banamè au milieu des prêtres, religieux et fidèles venus nombreux pour l’événement.

Les festivités se déroulent dans le recueillement et la ferveur spirituelle. En effet, cette paroisse du Diocèse d’Abomey a été sérieusement secouée par une déviation sectaire qui a drainé une foule de fidèles catholiques vers sovidji. On comprend alors la grande mobilisation des fidèles du diocèse d’Abomey et celle des membres du Renouveau Charismatique catholique de Porto-Novo qui a donné un éclat spécial à la fête.

A 10 H, la procession s’ébranle à 500 m environ de la paroisse. Elle draine une cinquantaine de prêtres, des religieux et religieuses et une foule de laïcs. Dans la Chapelle attend une foule de fidèles drapés du pagne du centenaire. On note la présence de plusieurs autorités dont Daah Kossouho de Banamè, accompagné des dignitaires de sa cour.

Dans son adresse à la communauté jubilaire de Banamè, Mgr Eugène Cyrille HOUNDEKON s’inspirant des textes du 3ème dimanche de l’Avent, a notifié la joie qui traverse les lectures : «  Le Seigneur nous annonce la joie, la joie qui découle de la venue de son Messie. Le centenaire d’évangélisation devient pour nous désormais un démenti de la généralisation de l’apostasie du schisme de Sovidji. Le centenaire est également pour nous un hommage à la vitalité de l’enracinement de la foi chrétienne catholique dans le milieu agonli de Banamè. Nous savons qu’une célébration centenaire ne se réduit pas à la mémoire du passé mais à l’exaltation des valeurs vécues aujourd’hui, à l’invocation des défis relevés. Une célébration centenaire engage dans un investissement présent et dans des actions d’avenir. Ce centenaire nous engage à nous renouveler dans la foi agissante et à garder vivante la dévotion au Très Saint- Sacrement et au culte marial ». L’Évêque d’Abomey a souhaité «  que Banamè soit toujours habité par le Dieu Unique Créateur du Ciel et de la Terre et manifesté dans son amour en son Fils Jésus-Christ; que Banamè soit toujours mû par le véritable Esprit de Dieu , l’Esprit invisible qui est Seigneur et qui donne la vie et qui répand son amour dans nos cœurs, lui qui donne à l’Église de se renouveler sans cesse. Le prélat a enfin recommandé aux chrétiens de Banamè de monter la garde d’honneur de la foi à travers l’adoration eucharistique quotidienne, le chapelet journalier et l’engagement missionnaire des familles

Pour réussir ces recommandations, il faut que les familles chrétiennes acceptent d’aller au Centre d’Étude Religieuse et théologique (Céret) pour un minimum d’étude biblique, liturgique, théologique, morale, d’histoire de l’Église et un minimum de culture religieuse afin de soutenir la vie de foi dans leurs familles et autour d’elles.

Les offrandes de la messe du centenaire sont constituées des fruits des productions maraîchères, vivrières.

 Après la communion, le chant composé par Dominique KINHA pour la fête a été exécuté par la chorale hanyé de la paroisse.

Pour marquer l’événement, des fonds sont collectés pour poursuivre les œuvres de la paroisse. Au total 1. 450. 310 de francs et une tonne de sont offerts par des âmes généreuses et des hommes de bonne volonté.

Les réjouissances populaires se sont poursuivies après la messe d’action de grâce.

 Historique de l’évangélisation de Banamè

Les archives de la paroisse Saint Benoît de Zagnanado mentionnent que l’Évangile a foulé le sol de Banamè en 1914. En effet, le Père KELLER de la Société des Missions Africaines (S.M.A) était en mission à la paroisse Saint Benoît de Zagnanado. Il se rend pour la première fois à Banamè en 1914 pour annoncer la Bonne Nouvelle du salut aux fils et filles de ce village. Un ouvrage historique publié en 1995 et intitulé : « Centenaire de l’arrivée des missionnaires aux pays agonlin » a fait une mention mémorable sur Banamè. On y relève entre autres ce qui suit : « Ouverte en 1914 par le Père KELLER ; mais déjà le 18 octobre 1899, Joseph AHOUANDJINOU reçoit le baptême à la fin de son catéchuménat suivi à l’internat de Zagnanado. La chapelle est bâtie sur une pente très forte et le dallage suit le terrain, il est facilement cédé à la mission car s’y trouve une fosse commune de guerriers tués à la bataille décisive qui causa la fuite de BEHANZIN. Le chef Canton KOSSOUHO a beaucoup favorisé la mission dans son pays. ». La première chapelle construite en terre battue sous la forme des remparts des rois sur le site de la paroisse de Banamè a donc 90 ans cette année.

Après le père KELLER, de vaillants et intrépides missionnaires autochtones ont poursuivi l’œuvre entamée par les pères de la Sma. Ce sont les pères Gabriel KITTI, Bernard AGOSSOU, Antoine SODJEDO, Michel HOUNGBEDJI, Etienne LISSASSI, Achille NOUDEHOU, Augustin TOSSA, Augustin TOUNDE, Jacques DAGAN, Antoine ADJIBOGOUN, Joseph BABATOUNDE, Henri ELEGBEDE, Laurent AHOKPE, Bernard KINTCHIMON, Barnabé BOCOVO, David BATTO. De Covè ou de Noagon, ils allaient annoncer l’Evangile aux fidèles de Banamè. Des curés résidents comme les pères Pascal AKABASSI, Mathias VIGAN, César LOKONON, Valentin VITOULEY et Désiré ADJIHOUNME n’ont pas manqué de transmettre à leur tour le dépôt de la foi aux fidèles. Les fruits de cette semence sont multiples. Des vocations sacerdotales et religieuses ont fleuri : 5 prêtres et 2 religieuses. Les pères Zacharie HOUNGBEME (2ème vicaire général), Nazaire KOSSOU, Martin DJEGBATE, Gérard YEHOUME et Raoul SOHOUENOU, prêtre combonien natif de Banamè. Les sœurs Valérie AHONAKO et Laetitia YEHOUME sont originaires de Banamè.

Corneille Lin GNANCADJA

 A suivre

CERET ZAGNANADO

Les Étudiants de la région Agonlin sont au cours de la nouvelle formule d’Evangélisation sur la paroisse Sainte Trinité de Nadota avec le Curé de ladite Paroisse, le Père Mario NEVA, Professeur au CERET.

         Sorties touristiques après les cours : Visite de la chancellerie du Diocèse, du musée Historique d’Abomey et du Séminaire Saint Paul de Djimè. Ces visites ont été réalisées grâce à la générosité du Père Mario NEVA, le Samedi 6 Décembre 2014.

Cours CERET

PRIERE ET JEUNE le Jeudi 11 DECEMBRE 2014

Révérends Pères,
Chères sœurs religieuses,
Chers frères religieux,
Chers sœurs et frères laïcs
La CEB soutient l’initiative de l’Observatoire Chrétien Catholique de la Gouvernance (OCCG)pour une journée de jeûne et de prière, en faveur de la Nation, par toutes les religions au Bénin.
Prière sensibiliser et faire vivre cette bonne action.
Vous trouverez en pièce jointe les dispositions pratiques relatives à cette journée.
                                    Mgr Eugène Cyrille HOUNDEKON
                                           Evêque d’Abomey

Obsèques du Père André Saturnin Eloi QUENUM, 04-12-14 en l’Eglise Saint Jean Baptiste de Cotonou

A la découverte du Centre pastoral Bernardin C. GANTIN

DIOCESE D’ABOMEY

Centre Pastoral Bernardin C. GANTIN

B .P : 12 Zagnanado

Tél : (00229) 94 09 42 23

E-mail : centrepastoralbernardin@gmail.com

République du Bénin

Centre pastoral Bernardin C. GANTIN

(Ancien Monastère des Bénédictins)

« Si tu savais le don de Dieu… » (Jean 4,10)

Un cadre idéal de silence pour un repos paisible, dans une atmosphère de prière personnelle ou pour des rencontres de famille, des associations et des groupes communautaires et paroissiaux :

  • Retraites
  • Sessions
  • Recollections
  • Réunions

N.B : Les écoles de foi et de prière sont organisées et animées chaque année dans le centre pendant les mois de Juillet et d’Août par les révérends pères Claude TEMPLE, Vincent PAULHAC, Hervé GLITHO et d’autres collaborateurs prêtres, religieuses, laïcs et séminaristes

( Les dates et les tarifs seront communiqués ultérieurement).

Le Directeur

 

 

Quelques points à retenir de la rencontre de Bamè 2014

Les Conférences  du Père Vincent PAULHAC

1._La_sagesse_d’amour

2._Moïse,_médiateur_et_intercesseur_entre_Dieu_et_son_ peuple

3. David, pasteur conscient de sa faiblesse

4. La vie consacrée en générale

5. L’avent

Quelques rappels

1-

  • Toutes les chorales sont égales en tant qu’associations paroissiales
  • Chaque chorale fête d’abord dans sa paroisse, là où elle évolue ordinairement et invite les autres à se réjouir avec elle pour manifester un signe de communion. Et ensuite, elles vont au lieu désigné officiellement ce jour- là pour qu’il y ait la fête diocésaine.
  • La chorale Adjogan fête l’Épiphanie
  • La chorale Ya mima fête l’avant dernier dimanche du mois de janvier.
  • La chorale Hanyé fête le dimanche le plus proche autour du 31 mai, la Visitation, ou avant ou après.

2-

Jusqu’à nouvel ordre, les prêtres du diocèse d’Abomey ne sont plus autorisés à enseigner dans les écoles publiques ou écoles privées non catholiques.

Nominations complémentaires

Deux nouveaux membres sont nommés comme membres du collège des consulteurs.

  • Père Jean-Marie ADOHOU
  • Père Georges TCHEOU

Renouveau Charismatique

Nouvel aumônier : Père Didier Georges BO Ï

Aumônier adjoint : Père Guillaume ALOVOEZE

Aumônier de la Maîtrise (La Maîtrise devient Commission Maîtrise diocésaine)

Coordonnateur : Père Narcisse AKPA

Coordonnateur Adjoint : Père Johannes ALEWONA

2ème adjoint : Père Guillaume ALOVOEZE

Délégué épiscopal : Père Honoré KOUDOHIN (Professeur au grand séminaire de Djimè )

Paroisse Saint Charbel d’Avokanzoun

Délégué épiscopal : Père Justin AGOSSOU-KPEVI

Paroisse Saint Thérèse de l’Enfant Jésus de Zogbodomè

Père Grégoire GUINSI nommé comme collaborateur paroissial

Paroisse Immaculée Conception de Djidja

Père Guy d’OLIVEIRA nommé comme collaborateur paroissial

Paroisse Immaculée Conception de Bohicon

Père Bertrand LAOUROU nommé comme collaborateur paroissial ad tempus (résident)

Aumônier du Lycée HOUFFON : Père Jean KINNOUME

Paroisse Christ Roi de Djimè Houawé Soglogon 

Père Honoré KOUDOHIN nommé comme collaborateur paroissial

 

Obsèques du Père André QUENUM

Programme des obsèques du Père André QUENUM

Lundi  1er décembre 2014 

20h00: Veillée de prière à Calavi

Mardi 2 décembre 2014

20h00: Au Centre de Paul VI, nuit de prières, de chants et de témoignages par les chorales et artistes du projet Chantons avec les Anges » et la Direction de la Musique Sacrée.

20h30: Veillée de prière dans la maison familiale, carré 369 (face Unafrica)

Mercredi 3 décembre 2014

 16h00: Retrait du Corps à la morgue

17h30: Accueil du corps et exposition dans la chapelle ardente devant les locaux de la Direction de la Croix du Bénin et hommages divers.

19h30:Départ pour la paroisse Saint Michel

20h00: Messe à Saint Michel

23h00 : Arrivée à Saint Jean Baptiste, installation et chapelet

Jeudi 4 décembre 2014 

00h00 : Messe concélébrée par la promotion de « Février 1993″ suivie de veillée animée par la paroisse Saint Jean Baptiste

03h00: Messe  par l’UCB suivie de veillée animée par la paroisse Saint Jean Baptiste

06h45: Messe paroissiale concélébrée par les consulteurs.

07h30: Recueillements et derniers hommages.

08h30: Office des défunts

09h00: Fermeture du cercueil et préparation de la messe.

09h30 : Messe Pontificale.

12h00: Absoute et inhumation au séminaire Saint Gall de Ouidah

Samedi 6 décembre 2014

06h45 : Messe de huitaine à la paroisse Saint Jean Baptiste.

QUESTIONNAIRE SUR LE SYNODE EXTRAORDINAIRE SUR LA FAMILLE

 QUESTION 1 : Excellence, ce fut sans doute une grâce particulière pour vous d’avoir participé au synode extraordinaire sur la famille qui s’est déroulé à Rome du 5 au 19 octobre 2014. A quel titre avez-vous donc pris part à cet événement synodal?

R/Oui, c’est en vivant la réalité de ce Synode extraordinaire des Évêques que j’ai réalisé que ma participation relève d’une grâce particulière ; une triple grâce que je considère comme une disposition de la Providence Divine. D’une part, c’est la troisième fois qu’un Synode extraordinaire des Évêques se déroule sous la présidence du Pape, en cinquante ans de convocations périodiques pour diverses Synodes. D’autre part, seul le Président ou le Vice-Président de chaque Conférence Épiscopale nationale y participe. J’ai donc été appelé incidemment à y prendre part, à titre de Vice-Président de la Conférence Épiscopale du Bénin, en raison d’un empêchement majeur de S.E.M. Antoine Ganyé, Président de la C.E.B. Enfin, la participation à ce IIIème Synode extraordinaire des Évêques m’a donné de vivre l’enrichissement du brassage des Hommes d’Église venus de tous les continents, de toucher la particularité géographique, historique et culturelle des réalités matrimoniales et de partager une vie commune intense au niveau de la liturgie, du logement , de la restauration et des cercles de réflexion.

QUESTION 2 : Avant d’aborder le synode auquel vous avez donc participé, merci, Excellence, de nous dire un mot sur ce qu’est un synode dans l’Église catholique.

R/Dans l’Église Catholique, le Synode, dont l’étymologie signifie la « marche commune », est une institution stable et permanente sous le terme de Synode des Évêques. Le Pape Paul VI en est le fondateur. Cette institution, qui promeut l’esprit de collégialité entre les Évêques, est une réponse à un profond souhait exprimé par les Pères qui ont participé au Concile Vatican II. Le Synode des Évêques est destiné à susciter et à entretenir une union étroite entre les Évêques, et entre les Évêques et le Pape qui est l’Évêque de Rome et le Pasteur universel de l’Église.

A travers le Synode, les membres de l’ordre épiscopal s’acquittent de leur mission d’aider le Pape dans le Gouvernement de l’Église catholique par leurs conseils, dans les domaines de la foi et des mœurs, sans oublier la discipline ecclésiastique et les questions brûlantes relatives aux activités de l’Église dans le monde.

QUESTION 3 : Nous avons essayé de suivre autant que possible le synode sur Radio Vatican par l’intermédiaire de notre Radio Immaculée Conception. Mais je vous prie, Excellence, de bien vouloir nous parler de l’ambiance qui a prévalu au cours de ces grandes assises de l’Église universelle. Comment se sont déroulés les travaux ?

R/Au cours des grandes assises, qualifiées de congrégations, l’ambiance détendue et cordiale a été favorisée par l’Allocution inaugurale du Pape François. Cette ambiance était aussi empreinte de respect mutuel, d’absence de critiques de personnes ou de complexe de supériorité. Les interventions manifestaient nettement la présence d’hommes d’Église mus par un sens ecclésial élevé. Les couples mariés et les laïcs y ont participé vivement.

Les travaux se sont déroulés en assemblée plénière durant la première semaine, puis à la fois en plénière et en cercle restreint de travail pendant la deuxième semaine.

Le point de départ des travaux a été lancé par une Présentation globale du thème principal et des thèmes complémentaires.

Chaque assemblée était précédée du témoignage de vie conjugale d’une famille.

L’Instrumentum laboris ou document de travail était l’objet principal de prises de paroles et débats, partant de la 1ère à la 3ème Partie, avec mention des chapitres abordés.

En complément aux interventions en plénière, la poursuite des travaux en cercle mineur ou atelier a été le lieu privilégié de recentrage des débats et de propositions d’insertion de nouveaux paragraphes dans le Rapport général.

En substance, de vives préoccupations ont porté sur la question des divorcés-remariés, les cas de régularisation matrimoniale, le recours au fondement biblique du mariage, la polygamie, l’attitude pastorale vis-à-vis des personnes ayant une orientation homosexuelle, l’approche de la Miséricorde dans la Vérité ou celle de la Vérité supposant la miséricorde.

QUESTION 4 : En attendant la suite du synode sur la famille qui se poursuivra en synode ordinaire en octobre 2015, quelles sont les grandes propositions qui sont issues de cette première étape pour ainsi dire ?

Dans l’attente du prochain Synode ordinaire, prévu en 2015, il n’y a pas eu de propositions à proprement parler. La tradition des propositions relève du Synode ordinaire. Le Synode extraordinaire des Évêques s’est seulement contenté de produire deux documents qui rendent compte de la situation de la famille dans le monde actuel, de la position des questions et de la formulation des orientations générales, à travers un Rapport général et un Message.

QUESTION 5 : Votre mot de conclusion voire votre message, Excellence, à l’endroit non seulement des fidèles de votre diocèse mais aussi pour notre pays, pour l’Église du Bénin que vous avez représenté à ce synode extraordinaire sur la famille.

Je rends hommage à chaque famille, dans sa vocation de sanctuaire de la vie, de creuset d’éducation et d’apprentissage des valeurs d’humanité. J’invite toutes et tous à approfondir combien la famille fondée sur le mariage est de droit divin.

Je félicite particulièrement toutes les familles qui se construisent selon le commandement divin de la monogamie, et qui s’efforcent de vivre harmonieusement leur mariage religieux dans sa beauté et ses valeurs de fidélité, de sacrifice, de pardon, de réconciliation et d’accueil.

Je partage avec toutes les familles chrétiennes la récente exhortation sans renouvelée des Pères synodaux pour que les familles initient, retrouvent ou poursuivent la pratique quotidienne de l’écoute de la Parole de Dieu et de la prière collective au sein du foyer conjugal, et qu’elles découvrent leur vocation à la sainteté et à l’engagement missionnaire.

Je vous signale que l’une des observations pertinentes de ce Synode extraordinaire est de relever avec amertume combien un nombre très élevé de mariage célébré souffre de négligence et d’insuffisance dans la préparation lointaine et proche des futurs conjoints.

Pour ce faire, il est urgent pour les évêques, les prêtres et les diacres de s’associer les foyers conjugaux modèles et d’autres collaborateurs pour mieux développer et ranimer la Catéchèse matrimoniale, un Centre de préparation au Mariage, l’accompagnement planifié et suivi des divorcés remariés et d’autres personnes en situation irrégulière de mariage, un Foyer d’écoute et de Réconciliation des Couples en conflit ou tentés par le divorce, puis tout particulièrement la méthode Billings de régularisation naturelle des naissances.

J’implore la bénédiction de la Sainte Trinité et de la Sainte Famille de Nazareth sur toutes nos familles.

                                                                      + Mgr Eugène Cyrille HOUNDEKON

 

 Photos de Mgr Eugène Cyrille HOUNDEKON au Synode

Mgr Eugène Synode 1

Mgr Eugène Synode 2