Homélie pour la béatification de Paul VI (texte intégral)

C’est le Christ, et non un autre, qui guide l’Eglise et qui la sauve

Rome, 19 octobre 2014 (Zenit.org) Pape François

C’est le Christ, et non un autre, qui guide l’Eglise et qui la sauve »: le pape François a prononcé cette homélie lors de la messe de béatification du pape Paul VI (1897-1978), en ce 19 octobre, jour de conclusion du synode extraordinaire pour la famille, également journée mondiale des missions, en présence du pape émérite Benoît XVI et de deux autres cardinaux créés cardinaux par Paul VI.

Le bienheureux Paul VI a été proclamé bienheureux par le pape François à 10h48. Il sera fêté liturgiquement le 26 septembre, en la date de sa naissance. La relique apportée près de l’autel après la formule de béatification est la chemise teintée de son sang, à l’occasion de l’attentat au poignard aux Philippines, à l’aéroport de Manille, le 27 novembre 1970, par la main du peintre bolivien Benjamin Mendoza.

Sous un soleil éclatant – plus de 30° C – et un ciel d’azur limide, la foule de quelque 70 000 personnes (30 000 places assises) a interrompu le pape deux fois par des applaudissements lorsqu’il a remercié Paul VI: « À l’égard de ce grand Pape, de ce courageux chrétien, de cet apôtre infatigable, nous ne pouvons dire aujourd’hui devant Dieu qu’une parole aussi simple que sincère et importante : merci ! Merci! [applaudissements] Merci à notre cher et bien-aimé Pape Paul VI ! Merci pour ton témoignage humble et prophétique d’amour du Christ et de son Église ! » [applaudissements]

La foule, dont quelque 3 000 pèlerins de Milan, où il avait été archevêque, a aussi applaudi cette citation de Paul VI: « Dans son journal personnel, le grand timonier du Concile, au lendemain de la clôture des Assises conciliaires, a noté : « Peut-être n’est-ce pas tant en raison d’une aptitude quelconque ou afin que je gouverne et que je sauve l’Église de ses difficultés actuelles, que le Seigneur m’a appelé et me garde à ce service, mais pour que je souffre pour l’Église, et qu’il soit clair que c’est Lui, et non un autre, qui la guide et qui la sauve ». »

Voici la traduction officielle de l’homélie, prononcée en italien, sans modifications.

A.B.

Homélie du pape François

Nous venons d’entendre une des phrases les plus célèbres de tout l’Évangile : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mt 22, 21). À la provocation des pharisiens qui, pour ainsi dire, voulaient lui faire passer l’examen de religion et le prendre en défaut, Jésus répond avec cette phrase ironique et géniale. C’est une réponse à effet que le Seigneur livre à tous ceux qui se posent des problèmes de conscience, surtout quand entrent en jeu leurs intérêts, leurs richesses, leur prestige, leur pouvoir et leur réputation. Et cela arrive de tout temps, depuis toujours. L’accent de Jésus retombe sûrement sur la seconde partie de la phrase : “Et (rendez) à Dieu ce qui est à Dieu”.

Cela signifie reconnaître et professer – face à n’importe quel type de pouvoir – que seul Dieu est le Seigneur de l’homme, et qu’il n’y en a pas d’autre. C’est la nouveauté éternelle à découvrir chaque jour, en vainquant la peur que nous éprouvons souvent devant les surprises de Dieu. Lui n’a pas peur de la nouveauté ! C’est pourquoi, il nous surprend continuellement, nous ouvrant et nous conduisant par des chemins imprévus. Il nous renouvelle, c’est-à-dire qu’il nous fait “nouveaux”, continuellement. Un chrétien qui vit l’Évangile est “la nouveauté de Dieu” dans l’Église et dans le monde. Et Dieu aime beaucoup cette “nouveauté” ! « Rendre à Dieu ce qui est à Dieu », signifie s’ouvrir à sa volonté, lui consacrer notre vie et coopérer à son Royaume de miséricorde, d’amour et de paix.

Là se trouve notre force véritable, le ferment qui la fait lever et le sel qui donne saveur à chaque effort humain contre le pessimisme dominant que nous propose le monde. Là se trouve notre espérance parce que l’espérance en Dieu n’est donc pas une fuite de la réalité, elle n’est pas un alibi : c’est rendre à Dieu d’une manière active ce qui lui appartient. C’est pour cela que le chrétien regarde la réalité future, celle de Dieu, pour vivre pleinement la vie – les pieds bien plantés sur la terre – et répondre, avec courage, aux innombrables nouveaux défis.

Nous l’avons vu ces jours-ci durant le Synode extraordinaire des Évêques – “Synode” signifie « marcher ensemble ». Et en effet, pasteurs et laïcs de chaque partie du monde ont apporté ici à Rome la voix de leurs Églises particulières pour aider les familles d’aujourd’hui à marcher sur la route de l’Évangile, le regard fixé sur Jésus.

Ce fut une grande expérience dans laquelle nous avons vécu la synodalité et la collégialité, et nous avons senti la force de l’Esprit Saint qui guide et renouvelle toujours l’Église appelée, sans délai, à prendre soin des blessures qui saignent et à rallumer l’espérance pour beaucoup de gens sans espérance. Pour le don de ce Synode et pour l’esprit constructif offert par tous, avec l’apôtre Paul : « À tout moment, nous rendons grâce à Dieu au sujet de vous tous, en faisant mémoire de vous dans nos prières » (1 Th 1, 2).

Et que l’Esprit Saint qui, en ces jours laborieux nous a donné de travailler généreusement avec vraie liberté et humble créativité, accompagne encore la marche qui, dans les Églises de toute la terre, nous prépare au prochain Synode Ordinaire des Évêques d’octobre 2015. Nous avons semé et nous continuerons à semer avec patience et persévérance, dans la certitude que c’est le Seigneur qui fait croître tout ce que nous avons semé (cf. 1 Co 3, 6).

En ce jour de la béatification du Pape Paul VI, me reviennent à l’esprit ses paroles, par lesquelles il a institué le Synode des Évêques : « En observant attentivement les signes des temps, nous nous efforçons d’adapter les orientations et les méthodes … aux besoins croissants de notre époque et à l’évolution de la société » (Lett. ap. Motu proprio Apostolica sollicitudo).

À l’égard de ce grand Pape, de ce courageux chrétien, de cet apôtre infatigable, nous ne pouvons dire aujourd’hui devant Dieu qu’une parole aussi simple que sincère et importante : merci ! Merci! [applaudissements] Merci à notre cher et bien-aimé Pape Paul VI ! Merci pour ton témoignage humble et prophétique d’amour du Christ et de son Église ! [applaudissements]

Dans son journal personnel, le grand timonier du Concile, au lendemain de la clôture des Assises conciliaires, a noté : « Peut-être n’est-ce pas tant en raison d’une aptitude quelconque ou afin que je gouverne et que je sauve l’Église de ses difficultés actuelles, que le Seigneur m’a appelé et me garde à ce service, mais pour que je souffre pour l’Église, et qu’il soit clair que c’est Lui, et non un autre, qui la guide et qui la sauve » [applaudissements] (P. Macchi, Paul VI à travers son enseignement, de Guibert 2005, p. 105).

Dans cette humilité resplendit la grandeur du Bienheureux Paul VI qui, alors que se profilait une société sécularisée et hostile, a su conduire avec une sagesse clairvoyante – et parfois dans la solitude – le gouvernail de la barque de Pierre sans jamais perdre la joie ni la confiance dans le Seigneur.

Paul VI a vraiment su “rendre à Dieu ce qui est à Dieu” en consacrant sa vie tout entière à « l’engagement sacré, solennel et très grave : celui de continuer dans le temps et d’étendre sur la terre la mission du Christ » (Homélie pour le rite du couronnement, Documentation catholique n. 1404 [1963], col. 932), en aimant l’Église et en la guidant pour qu’elle soit « en même temps mère aimante de tous les hommes et dispensatrice du salut » (Lett. ap. Ecclesiam Suam, Prologue).

Le bienheureux Paul VI, pape de la mission et pape marial

Paroles du pape François avant l’angélus du 19 octobre 2014

Chers frères et sœurs,

Au terme de cette célébration solennelle, je désire saluer les pèlerins venus d’Italie et de différents pays, avec une pensée déférente pour les délégations officielles. Je salue ne particulier les fidèles des diocèses de Brescia, Milan et Rome, liée de façon significative à la vie et au ministère du pape Montini.

Je vous remercie tous de votre présence et je vous exhorte à suivre fidèlement les enseignements et l’exemple du nouveau bienheureux.

Il a été un ardent soutien de la mission ad gentes ; comme en témoigne surtout son Exhortation apostolique Evangelii nuntiandi par laquelle il voulait réveiller l’élan et l’engagement pour la mission de l’Eglise.

Cette exhortation est encore actuelle, a tout son actualité [applaudissements].

Il est significatif de considérer cet aspect du pontificat de Paul VI, justement aujourd’hui où l’on célèbre la Journée missionnaire mondiale.

Avant d’invoquer tous ensemble la Vierge Marie, avec la prière de l’Angélus, j’aime à souligner la profonde dévotion mariale du bienheureux Paul VI.

Le peuple chrétien sera toujours reconnaissant à ce pontife pour son Exhortation apostolique Marialis Cultus et pour avoir proclamé Marie « Mère de l’Eglise » [applaudissements], à l’occasion de la clôture de la troisième session du Concile Vatican II.19 octobre

Que Marie, Reine des saints, nous aide à réaliser la volonté du Seigneur fidèlement dans notre vie, comme le nouveau bienheureux l’a fait.

Angélus du 19 octobre (texte intégral)

Le pape François a souligné combien le bienheureux pape Paul VI a été un pape missionnaire et un pape marial, avant la prière de l’angélus, au terme de la messe de béatification de Paul VI, place Saint-Pierre en présence de quelque 70 000 personnes.

Le pape a ensuite ajouté : « A tous je souhaite un bon dimanche. Je vous demande de prier pour moi. Bon déjeuner et au revoir. »

Avant de se retirer, vers 12h13, le pape est allé saluer le pape émérite Benoît XVI. Il est allé embrasser l’autel, puis, avant de rentrer dans la basilique Saint-Pierre, il s’est arrêté, a levé les yeux vers l’image du bienheureux Paul VI, suspendue à une tapisserie, à la loggia des bénédictions, puis il a fait le signe de croix.

Une fois retirés ses ornements liturgiques, le pape est revenu saluer un à un les cardinaux présents, puis il est monté sur sa voiture découverte : il a fait le tour de la place jusqu’à 12h47.

Béatification de Paul VI en présence du pape émérite Benoît XVI

Le pape émérite Benoît XVI participera à la messe de béatification de Paul VI qui conclura le synode, dimanche, 19 octobre, confirme le directeur de la salle de presse du Saint-Siège, le P. Federico Lombardi.

L’archevêque Joseph Ratzinger a été « créé » cardinal par Paul VI, à l’âge de 50 ans, en 1977, soit un peu plus d’un an avant la mort du pape Montini, le 6 août 1978. C’est donc lui qui lui a donné la possibilité de devenir pape.

Deux autres cardinaux « créés » par Paul VI y participeront également, le cardinal brésilien Paulo Evaristo Arns et le cardinal américain William Wakefield Baum.

BIENHEUREUX PAUL VI

Dimanche 19 Octobre 2014

Journée Missionnaire Mondiale

Monseigneur Eugène Cyrille HOUNDEKON en communion avec la Paroisse Sainte trinité de Nadota, et  le Diocèse de la Ville de Brescia, vous invite à une manifestation publique à l’occasion de la Béatification de Paul VI  ( 1897-1978 ), le Pape qui a conduit avec Jean XXIII la grande entreprise du Concile Vatican II, auteur en 1967 de l’Encyclique « Populorum Progressio », le Progrès des Peuples

Programme

Samedi 18 octobre

Maison des Jeunes de Bohicon

20 H 30 : GROUPE VISION présente « JEUNES DANS LA PASSION » film d’Emmanuel BANKOLE

 Dimanche 19 Octobre

 JOURNÉE MISSIONNAIRE MONDIALE

Paroisse Sainte Trinité de Nadota

9 H : En contemporaine avec la Béatification de Paul VI le Pape du Concile provenant de Brescia, CÉLÉBRATION EUCHARISTIQUE

10 H 30 : La Chorale Adjogan dirigée par Mr Bernard HOUNSOU présente « LA SAGESSE DU ROI SALOMON »

Jeudi 23 Octobre

Paroisse Sainte Trinité de Nadota

17 H : Colloque : Paul VI et le Concile Vatican II

Modérateur : Père Bernard HOUNDAKO, directeur du CERET et les Pères Samson AMOUSSOU et  Blaise AKPOLI.

Samedi 25 octobre

Maison des Jeunes de Bohicon

ERIC ASSOG avec le groupe SON DU CIEL et la participation de Ruth présente son CD, LEKOWA, RETOURNE AFRIQUE !

Dimanche 26

Maison des Jeunes de Bohicon

20 H : Le groupe théâtral de la Chorale Hanyé de Saint François d’Assise dirigé par Jean Marie TOHOUNGODO présente : CONDO LE REQUIN de Jean PLIYA

La participation à toutes les manifestations est libre et gratuite.

 

« Jeunes, le Seigneur compte sur vous ! »

Rome, (Zenit.org) Pape François | 215 clics

« Le Seigneur compte sur vous ! », affirme le pape François aux jeunes de l’Asie qu’il a rencontrés ce 15 août 2014 en Corée du Sud : « Il vous appelle à vous lever, à rester éveillés et alertes, et à voir les choses qui, dans la vie, sont vraiment importantes. Mieux, il vous demande d’aller sur les routes et sur les chemins du monde, frappant aux portes du cœur des gens, les invitant à le recevoir dans leurs vies. »

Au deuxième jour de son voyage apostolique, le pape François a en effet rejoint les jeunes rassemblés au sanctuaire de Solmoe, lieu de naissance du premier prêtre coréen, saint André Kim Tae-gon (1821-1846). Il a été accueilli par quelques 6.000 jeunes dans une atmosphère de fête, entre chants, danses asiatiques, scénographies et témoignages.

Dans son discours en anglais, le pape a une nouvelle fois fustigé « l’esprit du monde » qui provoque un « désert spirituel » à travers le monde : « germes d’égoïsme, d’hostilité et d’injustice, inégalité croissante dans nos sociétés entre riches et pauvres, idolâtrie de la richesse, du pouvoir et du plaisir qui s’obtiennent à un prix très élevé dans la vie des hommes, pauvreté spirituelle, solitude et désespoir silencieux. Dieu semble absent du tableau ».

Cependant, a-t-il affirmé « l’Esprit de Jésus peut apporter une vie nouvelle à chaque cœur humain et peut transformer chaque situation, même apparemment les plus désespérées. Sa parole a le pouvoir de toucher chaque cœur, de vaincre le mal par le bien, de changer et de racheter le monde ».

Le pape a appelé les jeunes à diffuser ce message d’espérance « à l’école, dans vos lieux de travail, dans vos familles, à l’université et dans vos communautés » : « le Seigneur compte sur vous ! ». Le pape a également largement improvisé en italien. Nous publions ici le texte préparé prononcé, en attendant la transcription des paroles dites d’abondance du coeur.

Discours du pape François

Chers amis,

‘‘Il est heureux que nous soyons ici’’ (Mt 17, 4). Ces paroles ont été prononcées par saint Pierre sur le Mont Thabor alors qu’il était en présence de Jésus transfiguré dans la gloire. Il est vraiment heureux que nous soyons ici, ensemble, en ce sanctuaire des Martyrs coréens, dans lesquels la gloire du Seigneur s’est révélée à l’aube de la vie de l’Église dans ce pays. En cette belle assemblée, qui réunit de jeunes chrétiens de toute l’Asie, nous pouvons presque ressentir la gloire de Jésus présente au milieu de nous, présente dans son Église qui embrasse chaque nation, langue et peuple, présente dans la puissance de l’Esprit Saint qui renouvelle, rajeunit et vivifie toute chose !

Je vous remercie pour votre accueil chaleureux – très chaleureux ! – et pour le don de votre enthousiasme, pour vos chants joyeux, vos témoignages de foi et pour vos belles expressions de la variété et de la richesse de vos différentes cultures. Je remercie particulièrement les trois jeunes qui ont partagé avec moi vos espérances, vos problèmes et vos préoccupations ; je les ai écoutés avec attention et je les garderai en mémoire. Je remercie Mgr Lazzaro You Heung-sik pour son adresse de bienvenue et je vous salue tous du fond du mon cœur.

Cet après-midi, j’aimerais réfléchir avec vous sur un aspect du thème de cette Sixième Journée Asiatique de la Jeunesse : ‘‘La gloire des martyrs brille sur vous’’. Tout comme le Seigneur a fait briller sa gloire dans l’héroïque témoignage des martyrs, de la même manière il veut faire briller sa gloire dans vos vies et, à travers vous, illuminer la vie de ce vaste continent. Aujourd’hui, le Christ frappe à la porte de votre cœur. Il vous appelle à vous lever, à rester éveillés et alertes, et à voir les choses qui, dans la vie, sont vraiment importantes. Mieux, il vous demande d’aller sur les routes et sur les chemins du monde, frappant aux portes du cœur des gens, les invitant à le recevoir dans leurs vies.

Cette grande assemblée des jeunes asiatiques nous permet de voir quelque chose de ce que l’Église, elle-même, est appelée à être dans l’éternel projet de Dieu. Ensemble, avec les jeunes de partout, vous voulez aider à construire un monde où nous vivrons tous ensemble dans la paix et dans l’amitié, dépassant les barrières, réparant les divisions, rejetant la violence et les préjugés. C’est exactement ce que Dieu veut pour nous. L’Église est appelée à être semence d’unité pour la famille humaine tout entière. Dans le Christ, toutes les nations et tous les peuples sont appelés à une unité qui ne détruit pas la diversité mais qui la reconnaît, la réconcilie et l’enrichit.

Combien l’esprit du monde semble loin de cette magnifique vision et de ce projet ! Combien de fois les semences de bien et d’espérance que nous essayons de jeter en terre semblent étouffées par les germes d’égoïsme, d’hostilité et d’injustice, non seulement autour de nous, mais encore dans nos cœurs. Nous sommes préoccupés par l’inégalité croissante dans nos sociétés entre riches et pauvres. Nous voyons des signes d’une idolâtrie de la richesse, du pouvoir et du plaisir qui s’obtiennent à un prix très élevé dans la vie des hommes. Près de nous, tant de nos amis et contemporains, même s’ils vivent dans un monde d’une grande prospérité matérielle, souffrent de pauvreté spirituelle, de solitude et de désespoir silencieux. Dieu semble absent du tableau. C’est presque comme si un désert spirituel commençait à s’étendre à travers notre monde. Cela affecte les jeunes aussi, leur volant l’espérance et même, dans trop de cas, la vie elle-même.

Cependant, c’est dans ce monde que vous êtes appelés à témoigner de l’Évangile de l’espérance, l’Évangile de Jésus Christ, et de la promesse de son Royaume. Dans les paraboles, Jésus nous enseigne que le Royaume vient dans le monde humblement, se développant silencieusement, et cependant sûrement, chaque fois qu’il est accueilli par des cœurs ouverts à son message d’espérance et de salut. L’Évangile nous enseigne que l’Esprit de Jésus peut apporter une vie nouvelle à chaque cœur humain et peut transformer chaque situation, même apparemment les plus désespérées. Voilà le message que vous êtes appelés à partager avec les jeunes de votre âge : à l’école, dans vos lieux de travail, dans vos familles, à l’université et dans vos communautés. Puisque Jésus est ressuscité des morts, nous savons qu’il a ‘‘les paroles de la vie éternelle’’ (Jn 6, 68), que sa parole a le pouvoir de toucher chaque cœur, de vaincre le mal par le bien, de changer et de racheter le monde.

Chers jeunes amis, en notre temps le Seigneur compte sur vous ! Le Seigneur compte sur vous ! Il est entré dans vos cœurs le jour de votre baptême ; il vous a donné son Esprit le jour de votre confirmation ; et il vous fortifie constamment par sa présence dans l’Eucharistie, de sorte que vous puissiez être ses témoins devant le monde. Êtes-vous prêts à lui dire ‘‘oui’’ ? Êtes-vous prêts ? [Oui !]. Merci… Etes-vous fatigués ? [Non !]… [Le pape annonce qu’il va parler spontanément, mais en italien « car mon anglais est pauvre »…].

[Reprise en anglais] Je devais vous faire trois suggestions mais j’ai déjà parlé de tout cela : prière, eucharistie, Parole de Dieu.

Le moment est arrivé où je dois prendre congé de vous. Je serai heureux de vous revoir ces jours-ci et de vous parler de nouveau lorsque nous nous rassemblerons pour la Messe dimanche. Pour le moment, remercions le Seigneur pour les bénédictions de ce temps passé ensemble et demandons-lui la force d’être de fidèles et joyeux témoins de son amour à travers l’Asie et le monde entier.

Puisse Marie, notre Mère, veiller sur vous et vous garder auprès de Jésus son Fils. Et que du ciel, saint Jean-Paul II, qui a mis en route les Journées Mondiales de la Jeunesse, vous accompagne toujours. Avec grande affection, je vous donne ma bénédiction.

[Bénédiction]

Et s’il-vous-plaît, priez pour moi, n’oubliez pas de prier pour moi.

Matinée des cadres et personnalités politiques du Diocèse d’Abomey au CEMOLA- 10 Août 2014

Création de 4 nouvelles paroisses

  1. Doyenné de la Cathédrale d’Abomey – Paroisse St Jean-Baptiste de Dilly
  2. Doyenné de l’Immaculée Conception de Bohicon – Paroisse St Charbel d’Avokanzoun
  3. Doyenné de Zogbodomè - Paroisse Sainte Madeleine de Ouassougon
  4. Doyenné d’Agbangnizoun – Paroisse St Joseph de Sinwé-Hounto